Skip to content

DZDROID

Les compétences algériennes dans le domaine des TIC, et plus particulièrement dans les applications mobiles, s’exportent bien, même si aucune statistique officielle n’est en mesure d’en comptabiliser la valeur. Le lancement de la 3G ouvre davantage le marché local des applications mobiles. Les premières semaines sont prometteuses, selon les explications de l’équipe de DZDROID.

Quand avez-vous lancé DZDROID ? Avez-vous rencontré des contraintes ?

DZDROID est un groupe de développeurs algériens lancé en 2011. L’équipe de démarrage était composée de 3 jeunes, un ingénieur en informatique et deux étudiants en sciences commerciales et en physique. Le problème au démarrage était de trouver des clients en Algérie surtout avant le lancement de la 3G. Mais depuis le lancement de cette dernière, les commandes d’applications mobiles ont augmentés considérablement.

Vous réalisez des applications pour toutes les plateformes mobiles. Mais quelles sont les plus demandées en Algérie (Android, iOS,…) ?
Les applications mobiles les plus demandées en Algérie sont celles de l’environnement Android de Google, en raison du fait que le nombre d’appareils fonctionnement sous cette plateforme est plus répandu. Ensuite viennent les commandes pour des applications iOS (d’Apple) et Windows Phone.

Avez-vous des commandes d’applications mobiles de l’étranger ?

Oui, on travaille déjà avec le site tinydeal.com (Boutique en ligne), et quelques clients en France.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre projet avec le site tinydeal.com ?

Tinydeal est une boutique en ligne grossiste chinoise qui vend différentes sortes de produits, allant de l’informatique aux jouets, en passant par les bijoux, montres et autres mobiliers de bureaux et de maisons. Nous leur avons créé l’application mobile pour consulter le site Web à partir d’un smartphone ou tablette.

Qu’en est-il pour les sites Web ?

Nous avons conçu et réalisé plusieurs sites web, via notre filiale DZAYN, comme ceux de Echorouk Online, Echorouk Sportif, Café Nizière, et de partis politiques. Nous avons également réalisé un CD interactif du ministère des Moudjahidine, et de l’entreprise d’ameublement « Domicile ».

Votre carnet de commandes s’est-il enrichi depuis le lancement de la 3G ? Quels sont les secteurs demandeurs ?

Oui, le nombre de commande a augmenté considérablement depuis le lancement de la 3G. Les secteurs demandeurs sont très variés : opérateurs de la téléphonie mobile, concepteurs des Smartphones et Tablettes (Samsung Algérie, Condor…), et des journaux électroniques. Dans le domaine des applications mobiles nous avons déjà réalisé pour plusieurs entreprises, dont Mobilis et Nedjma, et des agences de communication. Au total, nous comptons une douzaine d’applications sur Google Play. Et D’autres projets sont en cours de réalisation.

Vous travaillez uniquement à la commande, ou bien avez-vous vos propres applications en vente sur les différents Stores ?

Nous avons nos propres applications disponibles gratuitement sur Google Play, comme Dzpodcast, qui permet de suivre les émissions préférées de Podcasts Algériens, ainsi que DzTube, pour regarder les vidéos algériennes mises en ligne dans divers domaines.

Quel est l’intérêt, pour vous, de réaliser des applications gratuites sur Play Google ?

L’intérêt c’est tout d’abord de la publicité pour DZDROID.

De combien est composée l’équipe de DZDROID ? Tous diplômés en Algérie ?

Maintenant l’équipe de DZDROID est composée de 8 membres, tous diplômés en Algérie.

Comptez-vous recruter ? Quels profils ? Uniquement des programmateurs ?

Oui, des programmeurs, mais aussi des designers et des marketers.

Sollicitez-vous des étudiants, dans le cadre de vos projets ?

Oui, dans le cadre des projets de fin d’étude (Licence et Master).

Combien coûte en moyenne une application ?

Le prix varie en fonction de la complexité de l’application. C’est à partir de 50.000 DA, selon les options demandées et la plateforme cible (Android, iOS…).

Combien coûte la plus chère des applications ? Et quelles sont les options ?

En Algérie, la plus chère des applications peut coûter jusqu’à 1.000.000 DA. Une application avec plusieurs fonctionnalités, notamment celles nécessitant un traitement côté serveur, ou bien qui utilisent un système d’information géographique (géolocalisation). En générale, le coût d’une application est mesuré par le temps et les ressources nécessaires à son développement.

Qu’en est-il de la concurrence dans ce secteur en Algérie ?

Le terrain des applications mobiles est encore vierge en Algérie. Il existe, à ce jour, plusieurs éditeurs.

Qu’en est-il des questions de sécurité des applications que vous réalisez ? Quelles normes appliquez-vous ?

Nous sommes toujours prudent à sécuriser nos applications, en utilisant les technologies disponibles (cryptage des données, SSL…).

Si demain le paiement en ligne venait à être lancé en Algérie, seriez- vous prêts à lancer des applications sécurisées pour les transactions ?

Oui, les compétences existent. D’ailleurs, actuellement, nous travaillons sur plusieurs projets de e-Commerce et de e-Banking.

Source

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *